1. Home
  2.  » 
  3. Non classé
  4.  » Marché de l’art : est-ce vraiment rentable ?

Marché de l’art : est-ce vraiment rentable ?

par | Oct 5, 2021 | Non classé

Comment se comporte le marché de l’art ? Comment fonctionne-t-il ? Peut-on tirer réellement un business fleurissant dans ce secteur ? Explications.

Le marché de l’art dans tous ses états

Inutile de mener à bien un projet commercial sans étudier de près son marché. Concrètement, le marché de l’art ne fait pas exception à la règle. Installer une galerie d’art ne s’improvise pas et nécessite une préparation sur le plan de marchéage par exemple. Dans le monde, l’économie de l’art ne faiblit pas ce qui implique de véritables engouements pour les investisseurs.

Toutefois, voici quelques chiffres tirés du rapport du marché de l’art de UBS.

Rédigé par le Dr Clare MC Andrew, économiste culturel de renom, le rapport se fonde sur les réponses de plus de 700 concessionnaires opérant dans 54 régions ou pays. En d’autres termes, il intègre également les résultats d’une enquête menée par Arts Economics et UBS Investor Watch auprès de 500 collectionneurs fortunés sur cinq marchés (États-Unis, Royaume-Uni, Hong Kong RAS [Chine], Allemagne et Suisse), ainsi que les données d’UBS Evidence Lab. Nous partageons ici cinq résultats clés :

Plus de la moitié des revendeurs ont signalé une augmentation des ventes

51 % des concessionnaires interrogés ont signalé une augmentation des ventes au cours du premier semestre 2021, par rapport à la même période en 2020. Les concessionnaires d’Asie ont signalé la plus forte amélioration des ventes, avec une augmentation moyenne de 18 %, dont une hausse de 6 % pour les entreprises de la Grande Chine.

L’environnement le plus difficile a été celui de l’Europe, où les concessionnaires ont enregistré une baisse moyenne de 7 %.

Les collectionneurs restent engagés, les milléniaux en tête

Les collectionneurs interrogés sont restés actifs au premier semestre 2021. Les dépenses médianes en art et en antiquités ayant bondi de 42 % en moyenne, à 242 000 dollars, contre 170 000 dollars sur l’ensemble de l’année 2020. Les collectionneurs du millénaire ont enregistré les dépenses les plus élevées, à 378 000 dollars, soit plus de trois fois le niveau des générations X et Boomers.

gallérie d’art

Les dépenses pour la vente d’œuvre d’art destiné aux femmes ont augmenté

Au cours du premier semestre 2021, les dépenses des femmes collectionneuses ont augmenté d’un peu plus d’un tiers pour atteindre 410 000 dollars. Il s’agit du plus du double de celles de leurs homologues masculins. Ces mêmes acheteur n’ont augmenté que de 9 % par rapport à 2020 pour atteindre 163 000 dollars. En outre, les artistes féminines sont de mieux en mieux représentées dans les collections qui représentent 42 % de toutes les œuvres. Auparavant ces chiffres oscillaient autour de 39 % en 2020 et 37 % en 2019.

L’accélération numérique se poursuit

Les canaux en ligne ont représenté 33 % de toutes les ventes des marchands (ou 37 %, y compris les salles de visionnement en ligne des foires d’art), soit plus du double de leur part en 2019. Le plus grand nombre de ventes en ligne a été réalisé via les propres canaux en ligne des marchands. Mécaniquement, on peut reprendre leurs sites web et OVR, les canaux de médias sociaux et les courriels.

Le développement durable en tête des priorités des collectionneurs

Notre enquête a révélé que 77 % des collectionneurs interrogés réfléchissent à des options durables lorsqu’il s’agit d’acheter des œuvres d’art ou de gérer leurs collections.

Pour conclure le marché de l’art se porte bien et apparait comme un secteur solide. De nombreuses opportunités semble à saisir, sachant qu’il fait vivre de nombreux savoir-faire. Finalement, les artisans peuvent espérer gagner des parts de marché en s’associant à des artistes. Les collectionneurs ne rechignent pas à accroitre leur investissement, même pendant la crise du COVID. Pour imaginer la galerie d’art de ses rêve et entrer dans le marché de l’art par la grande porte, on peut aussi commencer de le même manière qu’un commerce de proximité avec les mêmes méthodes de vente.